Projet d’ouverture rapide et massive d’unités de sevrage ventilatoire (USV) destinées aux patients Covid-19

Projet d’ouverture rapide et massive d’unités de sevrage ventilatoire (USV) destinées aux patients Covid-19

Rédigé le 25/03/2020
SOFMER


PROPOSITION DU GROUPE DE TRAVAIL « APHP-REANIMATION »

23 mars 2020

 

Par ordre alphabétique : Charles Cerf (Réa Foch), Julie Delemazure (SRPR Pitié), Alexandre Demoule (MIR Pitié), Laura Federici (MIR Colombes), Philippe Goutorbe (AR SS des armées, Toulon), Morgan Leguen (AR, Foch), Eric Meaudre (AR SS des armées, Toulon), Elise Morawiec (MIR Pitié), François Parquin (USIP Foch), Damien Roux (MIR Colombes), Constance Vuillard (MIR Colombes)

 

 

Les patients intubés pour une pneumonie infectieuse associée au Covid-19 présentent dans leur large majorité un SDRA modéré à sévère. Les premières impressions suggèrent des durées de ventilation mécanique d’au moins deux semaines. L’objet de présent document est de définir le cahier des charges d’unités à même de conduire le sevrage de la ventilation mécanique de ces patients, dans un contexte de limitation des lits et des moyens humains alloués à la réanimation.

 

Les centres de sevrage de la ventilation mécanique existent sous la forme de services de rééducation post-réanimation (SRPR) dit « respiratoire ». Leur vocation est de prendre en charge des patients dépendant de la ventilation mécanique invasive au terme d’un séjour moyen en réanimation de 22 jours. Même si le sevrage reste l’objet du séjour en SRPR, force est de constater que le dit sevrage implique nécessairement une prise en charge « globale » du patient : mobilisation, motricité, nutrition, soutien psychologique…

 

Dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, il est crucial d’ouvrir rapidement des lits de sevrage dans des structures qui n’étaient pas au fait de la médecine pratiquée en SRPR. Le présent cahier des charges propose de décrire ces structures ainsi que les patients qui y seront transférés. Le contexte d’urgence dans lequel ces structures vont ouvrir impliquera de « dégrader » substantiellement la qualité de la prise en charge des patients. La difficulté sera de placer le curseur. En effet, si tout le monde s’accorde sur la nécessité de transférer dès que possible les patients dans une unité de sevrage, ce transfert ne saurait se faire au détriment de la sécurité du patient, sauf à l’accepter explicitement.

 

Covid-19_Reflexions_Unités_Sevrage SYNTHESE.pdf Covid-19_Reflexions_Unités_Sevrage SYNTHESE