Retour d'expérience - Dr Nicolas BAYLE - CHU HENRI MONDOR

Retour d'expérience - Dr Nicolas BAYLE - CHU HENRI MONDOR

Rédigé le 11/04/2020
SOFMER


Nicolas Bayle, [8 Apr 2020 at 10:04:12 (08/04/2020 11:17:59)]:

Sur Créteil, nous avons ouvert 2 unités SSR-COVID, la première (25 lits) prenant en charge des patients ayant présenté une forme sévère et entrent dans le service avant J14, la seconde (10 lits) permettant de continuer la prise en charge des patients après levée de confinement mais ne pouvant pas rentrer chez eux avant J24 (« sas de décovidation »: les patients ne sont plus en "confinement", avec mesures d'hygiène et surveillance médicale renforcée, mais en "isolement"). A noter que la montée en charge s'est faite de façon progressive, en fonction des équipes soignantes libérées grâce à la fermeture de lits de nos secteurs traditionnels (10 lits la première semaine, puis 10 de plus la seconde, puis 10 lits de "décovidation" en milieu de seconde semaine), 

L’organisation des retours à domicile et orientations des patients (lorsque le RAD n’est pas possible) est réalisée par notre équipe mobile, renforcée pour l’occasion. Le travail est relativement important pour assurer une fluidité optimale du parcours patient (la demande de Mondor est grande, et l'unité de 25 lit tourne à flux tendu depuis son ouverture).

Le date de levée de confinement permettant le retour à domicile ou le passage dans la 2e unité est décidée par l’équipe médicale sur la première unité.

 

A ce moment, plusieurs profils de patients apparaissent :

-  Les patients « autonomes », avec perte d’autonomie mineure et environnement sécurisé : rôle de surveillance simple de l’EM, par le biais de consultations médicales téléphoniques (3) sur 1 semaine ;

-  Les patients en perte d’autonomie ou nécessitant une prise en charge rééducative ciblée en post-infection, mais avec environnement sécurisé (entourage + famille) permettant un retour à domicile rapide. Dans ces cas, gros travail de réactivation des aides à domicile lorsque celle-ci existent, ou de mise en place des aides lorsqu’elles n’existent pas . Pour ces patients, l’évaluation fonctionnelle initiale, le travail rééducatif en SSR-COVID "early" ainsi que l’assurance d’un domicile adapté (entourage, médecin traitant,...) sont des éléments majeurs pour sécuriser au maximum la sortie en un temps court. Le suivi post-sortie est aussi plus lourd, et aux consultations téléphoniques médicales peuvent s’adjoindre des consultation téléphoniques d’ergothérapie et de l’assistante sociale (voire un visite à domicile de « sécurisation »). 

-  Les patients dont le retour à domicile n’est pas possible immédiatement (déconditionnement trop important, grabatisation, complications de décubitus, pathologies post-réa, ou difficultés sociales majeures,...) ; travail d’orientation important à ce stade, soit passage sur notre seconde unité et poursuite du travail de rééducation et de préparation au retour à domicile) soit orientation vers d’autres SSR d’aval (en particulier pour les patients de plus de 75 ans, aide des collègues gériatres) qui acceptent les patients avant la levée d'isolement. Les premières sorties de réa lourde ne sont pas encore arrivées.

 

A ce jour, à 15 jours de l'ouverture des 1ers lits, nous avons fait rentrer à domicile 10 patients à la levée du confinement (mais mesures d'isolement maintenue encore 10j), et orienté vers une unité de SSR gériatriques 3 autres patients. 5 patients sont dans notre seconde unité (2rentrerons à domicile dès J24 atteints, deux nécessitent de prolonger leur hospitalisation sur des secteurs COVID free neuro et ortho de notre service, et le dernier partira en foyer pour sans abris).

 

Le suivi des patients rentré tôt à domicile et assez lourd aussi, avec téléconsultations médicales et ergos (importantes quand sorties avant J24, pour s'assurer du bon maintien des mesures d'hygiène, de la stabilité médicale, entre autre), organisation de visites à domicile ergo, et supervision téléphonique kiné pour adaptation des programmes d'auto-rééducation. La levée d'isolement est réalisée par moi-même à la date calculée lors de la sortie (J24 ou J10 de la levée de confinement), en lien avec le médecin traitant des patients.

 

Voilà pour notre modeste retour d'expérience!